À propos

L’histoire d’une vie, de ma vie, faite d’expériences et d’enseignements qui m’ont permis  de  me questionner sur les raisons de mon existence, de mon mal-être, ou de mon comportement auto-destructeur. Cela m’a conduit à aller ouvrir des portes afin de puiser les réponses à l’intérieur de mon être.

C’est la psychanalyse qui m’a, en premier lieu, inspirée. Cela a duré 10 ans pour prendre conscience que j’étais actrice de ma vie, responsable de mes choix, de mes actes, de mes comportements et  donc de mes émotions…Puis s’ensuivent des chocs émotionnels comme la maladie, la naissance de mon enfant et un burn out.

Je les nomme mes épreuves initiatiques car elles vont me ralentir, me paralyser et me bousculer; ce qui va m’amener à me recentrer sur mon être. Je vais déconstruire pour reconstruire, en allant  en profondeur à l’intérieur de mon Moi, en cherchant à réactiver les mémoires corporels, les traumas afin d’élever mon niveau de conscience, à faire renaitre en moi un nouveau regard sur mon parcours de vie et de reprogrammer.

Ces différentes étapes de ma vie m’ont poussées à être totalement à l’écoute de mon corps, de mes émotions, de mes besoins, de suivre mon intuition et de faire de mes rêves, une réalité,  ce qui m’a conduit naturellement vers la spiritualité!

La spiritualité m’a détachée de la motivation de vouloir toujours chercher un but et m’a sortie de l’horizontalité pour accéder à la verticalité: la re-connexion à la Terre-Mère et au Père-soleil, la pleine conscience, le silence, le détachement, la joie et la sérénité.

Photos d’Anne Gerzat 

 

Ensuite, tout s’est enchaîné. Au fil de belles rencontres, d’opportunités comme des synchronicités, j’ai découvert le Monde invisible avec les énergies. Je me suis formée au Reïki Usui Shiki Ryoho,     à l’aromathérapie, à la communication non violente (CNV de Marshall B. Rosenberg), à la méditation de pleine conscience (La MBSR du Dr John Kabat-Zinn) et avec les enseignements de Thich Nhat Hanh au village des Pruniers, au chamanisme avec différents chamanes dont Pascal Martelli, aux Mondes subtils et invisibles avec Lauraya et au yoga Kundalini d’Amrit Nam Sarovar. Dernièrement, j’ai reçu l’initiation de Gardienne de cercle par Lucie Codiasse, que j’ai approfondie lors d’une retraite « cercle de Femmes Sacrées » avec Zoé Les Allumettes. Enfin, je poursuis mon voyage initiatique avec la transmission de Claire Arnould des 13 Mères Originelles et je continue d’explorer le féminin sacrée avec ma formation de Gyn-écologie holistique  de Marie Pénélope Pérès.

Aujourd’hui, à l’âge de la sagesse, je suis heureuse de vous proposer mon accompagnement, que ce soit par le biais de la méditation, des cercles de paroles, de mes soins énergétiques, de mes ateliers ou de mes retraites. Cela dans le but de vous aider à vous libérer de vos peurs, de vos croyances limitantes, à vous autoriser à vous déposer, à lâcher-prise et à s’accepter dans la douceur de soi-même pour suivre le mouvement de la vie. 

Le « Temps de vivre » est né dans le chaos où nous vivons afin de ralentir, de créer de l’espace et de faire de la place au silence au milieu de tous ces bruits et être en paix au milieu de ce « tsunami »!

C’est un espace temps pour s’octroyer une parenthèse afin de se reconnecter à l’essentiel, à ses besoins primaires, de lâcher-prise, de s’accueillir, d’observer ce qui s’offre à vous avec émerveillement  et de prendre le temps de vivre dans l’Ici et Maintenant.

Je vibre de joie de vous accompagner pour redécouvrir votre vraie nature, habiter votre corps, retrouver une paix intérieure et simplement la liberté d’être!

La vie est un jeu où l’on choisit, ou pas, de tourner en rond ou d’avancer en acceptant les différentes phases, d’inconfort, de courage et de libération.Voici un extrait du livre, Être en pleine conscience  d’Osho qui résume parfaitement ma vision de mon accompagnement :

Une personne demande à Osho: « Pourquoi aidez vous les gens dans leur méditation? »
Osho a répondu: « C’est une telle joie! Le pourquoi ne se pose pas. Je prends simplement un grand plaisir à le faire. Ma joie est comparable à celle du jardinier qui plante  des semences dans  le  jardin et qui attend que les fleurs sortent. C’est une immense joie que de vous voir fleurir. Il n’y  a  aucun objectif. Si vous échouez, je ne serai pas frustré car on ne  peut  pas ouvrir de force une  fleur. Vous pouvez bien sûr le faire, mais alors vous détruisez la fleur. Ce n’est plus une floraison naturelle».